Activités de Montagne Adaptées

Chambéry / Albertville / Moutiers / Tarentaise

 

  • Séances de marche, marche en montagne et de marche nordique adaptées à différentes pathologies comme les maladies chronique et cancer, ainsi qu’un accompagnement dans la reprise d’activité physique « AP ».
  • Nous vous proposons des séances spécifiques pour répondre à vos besoins, à votre rythme lors d’un moment convivial.
  • Après un entretien individuel nous établirons ensemble un programme d’AP.

Nous vous proposons un réel protocole de suivi.

 

           Réseau Air+r
  • Des séances d’ostéopathie en complément de l’AP sont possibles.
  • Les séances s’effectuent en groupes ou en individuel si nécessaire, nous nous déplaçons alors à domicile.
  • Pour tout autres demandes nous pouvons vous mettre en relation avec des réseaux spécifiques sur la Savoie.

N’hésitez pas à nous contacter….nous vous attendons……

 » Même le plus grand des voyage commence par un premier pas… »


   

Reprise de l’activité physique

L’inactivité et la sédentarité exposent de manière significative aux maladies chroniques ainsi qu’une perte d’autonomie précoce lors du vieillissement.

Le plan national sport-santé-bien-être considère l’AP comme thérapeutique et serait un facteur de protection contre ces pathologies (diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires…).

 » 30 minutes d’activité physique par jour diminuent de 30% à 50% le risque de ces pathologies ».


 

Maladies respiratoires (asthme-BPCO)


Zoom sur la BPCO

Qu’est ce que la BPCO ?:

La BronchoPneumopathie Chronique Obstructive trouve son origine principalement dans le tabagisme (actif et passif) dans plus de 80% des cas. On trouve d’autres facteurs comme la pollution de l’air ou d’inhalation de produits chimiques (industrie textile, secteur agricole par exemple)

 

Mécanismes:

Les cellules ciliées au niveau des bronches sont détruites. Il se produit alors une rétention de mucus dans les alvéoles pulmonaires qui favorise l’accumulation des germes et l’apparition d’inflammations (bronchites). Les inflammations a  répétition entraînent un épaississement des parois bronchiques. Ce rétrécissement et l’obstruction engendré par l’accumulation de mucus donne lieu à une dilatation et à terme, à une destruction des alvéoles pulmonaires (emphysème pulmonaire)



L’insuffisance respiratoire chronique entraîne les patients, en conséquence de l’inconfort respiratoire dans une spirale de déconditionnement physique et ce, alors que la maladie est stabilisée du fait de traitements et de l’arrêt du facteur de risque (tabac). La pathologie semblant alors s’aggraver.

Cette spirale génère une diminution des muscles squelettiques et du coeur liée à l’arrêt brutal ou progressif de l’AP.

Des programmes de réhabilitation respiratoire sont mis en place pour lutter contre ce déconditionnement (nouveau centre de réhabilitation respiratoire à Aix-les -Bains).

Le suivi de l’AP de manière régulière permet de conserver l’héritage de ces programmes ainsi que d’améliorer les performances physiques, son autonomie et la confiance en soi.


Maladies cardio-vasculaires

Longtemps, on a cru que l’AP était à proscrire chez les personnes atteintes de maladies cardio-vasculaires.

Il n’en est rien, après l’aval du cardiologue et un bilan personnalisé l’AP agit favorablement sur le devenir de la maladie et une activité régulière peut s’avérer indispensable.

  • Incident cardiaque

A la suite d’incident cardiaque (infarctus du myocarde par exemple), le patient doit suivre un programme de réadaptation cardiaque incluant de l’activité physique.

Par la suite cette AP doit être maintenue.

L’AP va diminuer le travail du cœur pour l’économiser, réduire le rythme cardiaque de repos, améliorer la vascularisation du muscle cardiaque et agir sue les différents facteurs de risque cardiovasculaire (diabète….)

  • Insuffisance cardiaque

Se traduit par une baisse de la capacité du cœur  à envoyer le sang dans l’organisme. Il en découle une perte de volume des muscles périphériques ainsi qu’un manque d’apport en oxygène qui bascule le métabolisme en filière anaérobie à faible rendement. Tout ceci se traduit par une baisse des capacités fonctionnelles et une perte d’autonomie.

L’AP agit alors sur l’amélioration de la pompe cardiaque afin d’augmenter la capacité de débit.

Modifie les conditions de la circulation sanguine périphérique et tend à basculer le métabolisme en filière oxygénée.

  • Hypertension artérielle « essentielle »

L’AP va stimuler le système nerveux et induire une diminution du tonus vasoconstricteur ce qui a pour effet d’ouvrir les vaisseaux et une baisse de pression par conséquent.


Cancers

Le plan cancer introduit la notion de prescription de l’AP adaptée à la pathologie et préconise l’intégration des AP dans le parcours de soin des affections de longue durée et notamment le cancer.

L’AP est reconnue depuis des années en prévention primaire ( avant la maladie).

Elle est désormais reconnue pour la prévention secondaire ( malade en traitement) et tertiaire ( en rémission).

Elle permet:

  • La prévention et correction du déconditionnement physique
  • La réduction de la fatigue liée au cancer et l’amélioration de la qualité de vie
  • l’amélioration de la tolérance des traitements et de leurs effets à moyen et long terme
  • Une forte réduction du risque de récidive

Des études ont démontrées sur les 3 principaux cancers (les cancers du sein, du côlon et de la prostate) que la pratique régulière d’AP:

  • Diminue le risque de récidive de 50%
  • Diminue la fatigue de 36%
  • facilite le retour à la vie sociale et/ou professionnelle